PROJET DE FUTUR CENTRE DE TRAITEMENT DES DECHETS MENAGERS

Projet De Futur Centre De Traitement Des Dechets Menagers-Free PDF

  • Date:28 Jun 2020
  • Views:4
  • Downloads:0
  • Pages:7
  • Size:232.19 KB

Share Pdf : Projet De Futur Centre De Traitement Des Dechets Menagers

Download and Preview : Projet De Futur Centre De Traitement Des Dechets Menagers


Report CopyRight/DMCA Form For : Projet De Futur Centre De Traitement Des Dechets Menagers


Transcription:

Pr sentation de la solution n 2 optimisation de la logistique urbaine envisag e pour la. gestion des ordures m nag res r siduelles Romainville Bobigny. La solution n 2 envisag e pour la gestion des ordures m nag res r siduelles OMR dans le cadre du. projet de futur centre Romainville Bobigny concerne la r ception et le s chage des OMR. permettant l optimisation du transfert par voie fluviale des produits s ch s et la constitution d un. stock tampon pour une partie du flux, Il ne s agit pas d une solution de traitement des OMR sur site mais d une solution de pr paration des. OMR en vue d un traitement ext rieur visant notamment optimiser la dimension logistique En. effet cette solution int gre au projet une capacit de stockage de 10 000 tonnes d OMR s ch es qui. pourront tre d stock es trois fois par an et alimenter les installations du Syctom r duisant d autant. la mise en d charge des OMR, Le flux d OMR s ch es sortant de l installation de s chage a un pouvoir calorifique plus lev que les. OMR mais ne peut cependant pas tre consid r comme du Combustible Solide de R cup ration CSR. Caract ristiques des proc d s de s chage des OMR, Le s chage envisag dans le cadre de la solution n 2 est un s chage dit naturel car il ne n cessite. pas d apport d nergie Gr ce au s chage une partie de l humidit des d chets est retir e ce qui. permet ainsi de diminuer la masse de d chets transporter de 25 30 En effet la mati re organique. contenue dans les d chets se d grade au contact de l oxyg ne de l air Cette d gradation g n re de la. chaleur qui permet l vaporation de l humidit naturellement pr sente dans les d chets C est. pourquoi on parle de s chage naturel,Sch ma de principe proc d A2A. Int r t du proc d de s chage, Le s chage des OMR consiste r duire la quantit d eau contenue dans les d chets ce qui pr sente.
les int r ts suivants, R duction de la masse de d chets transporter et traiter dans les unit s de valorisation. nerg tique optimisation du transport et de la valorisation nerg tique du flux de d chets. s ch s moins d eau introduite dans les fours d incin ration. Possibilit de constituer un stock tampon sous forme de balles de d chets sans nuisance. pendant une dur e limit e sur site, Garantie d un transport sans nuisance ma trise des odeurs et suppression des jus. Il est noter que la solution n 2 est une solution flexible qui reste pertinente dans le cadre d une. politique ambitieuse d am lioration du geste de tri et en particulier apr s la g n ralisation de la. mise en uvre de la collecte s lective des biod chets actuellement en phase d exp rimentation. A titre d exemple ces proc d s de s chage existent depuis plusieurs ann es dans la r gion de Milan. o les collectes s lectives de biod chets sont performantes voir donn es en annexe n 2 Ces. proc d s restent efficaces m me quand les d chets r siduels contiennent une tr s faible proportion. de mati re organique jusqu 3 d apr s le constructeur notamment car la collecte s parative des. d chets alimentaires ne couvre pas tout le spectre de la mati re organique contenue dans les OMr. Enfin s agissant du dimensionnement de l atelier de s chage le Syctom y int gre ses objectifs. ambitieux en mati re de r duction des tonnages d OMR traiter d taill s dans sa contribution au. Plan R gional de Pr vention et de Gestion des D chets PRPGD L installation serait en effet. dimensionn e pour s cher 250 000 t an d OMR comparer au tonnage actuel re u sur le site qui. d passe les 370 000 tonnes, Annexe n 1 Pr sentation de l installation de Frog Island Londres. visite du 8 d cembre 2017,Rappel du contexte en Angleterre. La r glementation sur l enfouissement limitations impos es sur la part d organiques autoris e en. stockage et taxes d enfouissement lev es a t le moteur principal du d veloppement des. technologies de bios chage dans diff rents pays europ ens notamment au Royaume Uni Dans ce. pays la fili re principale qui s impose pour les OMR est la voie de la valorisation nerg tique apr s. pr traitement Cependant il demeure un d ficit de capacit d incin ration car les projets sont longs. merger 10 ans environ Les conditions conomiques am nent aujourd hui les op rateurs exporter. une grande partie des combustibles issus de leurs installations principalement en Hollande et en. Allemagne jusqu aux pays scandinaves et baltes D s lors il convient d op rer leur transport dans de. bonnes conditions sur de longues distances Ces exportations sont massives d passant le million de. tonnes par an, Int r t de l installation visit e pour le projet du Syctom.
Le Syctom a recherch une installation qui pouvait illustrer au mieux la nature de son projet de gestion. des OMR Romainville solution n 2 pr sent e lors de la concertation pr alable notamment vis vis. des crit res suivants, Une capacit de taille comparable plus de 100 000 t an avec un retour d exp rience. Une installation mettant en uvre une logistique fluviale ou sur de longs trajets. Une situation en milieu urbain, Le Syctom a ainsi retenu le site de Frog Island car il r unit diff rentes caract ristiques recherch es. Le site est situ en milieu urbain en p riph rie d une grande agglom ration m me si son. voisinage imm diat est industriel, Sa taille est significative installation r ceptionnant 180 000 t an d OMR. Les d chets s ch s sont conditionn s en balles ou en conteneurs puis transport s par bateaux. sur de grandes distances, La finalit de l installation s approche de la probl matique du site de Romainville Bobigny. en effet il s agit d optimiser la logistique de s curiser le transport dans la mesure o le. traitement n est pas r alis sur place, Par ailleurs le proc d A2A retenu par l exploitant pour les installations de Frog Island se distingue.
des autres proc d s de s chage par une plus grande compacit et l absence de pr sence de personnel. d exploitation dans les espaces o la mati re est s ch e. Pour autant l objectif recherch par l exploitant n est pas identique celui du Syctom puisqu un. proc d d affinage tri des mat riaux sur les OMR s ch es est mis en uvre sur site apr s l op ration. de s chage L exploitant cherche ainsi diriger les diff rents flux vers les fili res qui pr sentent la. meilleure rentabilit conomique dans le respect de la r glementation. Combustible haut PCI vers les chaufferies et cimenteries l export. Combustible bas PCI vers les unit s de valorisation nerg tique l export. M taux vers les fili res de recyclage, Fraction fine et lourde en installation de stockage. Dans le cadre de la solution n 2 le Syctom pr voit galement d extraire et valoriser les m taux mais. n envisage pas d op rer d autre tri sur les mati res s ch es. Aussi seule la partie o s effectue le s chage sur l installation de Frog Island est tout fait. repr sentative de ce que le Syctom envisage de mettre en uvre dans le cadre du projet. Romainville Bobigny solution n 2, Principaux points d am lioration pr vus pour le projet de Romainville Bobigny. Le Syctom est pleinement conscient de l environnement dans lequel va se trouver son site de. Romainville l avenir aussi pr voit il sur la base d un proc d de s chage qui pourrait s apparenter. celui r alis Frog Island d apporter plusieurs l ments d am lioration. Pour toutes les solutions soumises la concertation le Syctom exige le m me niveau de. performances en mati re d absence d missions d odeurs De ce fait le traitement des odeurs. pr vu au programme du projet de Romainville Bobigny sera plus pouss que celui mis en. uvre sur le site de Frog Island Outre le d poussi rage et les biofiltres existants sur le site de. Frog Island le Syctom envisage le traitement compl mentaire de l airpar des moyens physico. chimique tours de lavage traitement ventuel au charbon actif pr ciser pendant les tudes. de d tail de mani re s assurer que le proc d ne puisse tre source d odeurs l ext rieur. Par ailleurs les b timents r ceptionnant des d chets seront mis en d pression garantissant. que les ventuelles odeurs l int rieur des b timents y restent confin es. L architecture et l int gration urbaine de la future installation dans un environnement en. pleine mutation est un enjeu fort identifi par le Syctom et les acteurs locaux Par cons quent. le site de Frog Island ne peut en aucun cas constituer un exemple d int gration urbaine pour. la future installation de Romainville Bobigny qui fera l objet d une ambition tout autre. Tous les d chets pr par s seront mis en balles ou charg s en conteneurs tanches au sein des. b timents de pr paration A contrario de l installation de Frog Island o la mise en balles se. d roule dans un autre b timent compl tement ouvert sur l ext rieur. Les mesures de pr vention des risques notamment par rapport au risque d incendie seront. renforc es tant en dispositifs de surveillance d tection et d alerte qu en moyens. d intervention La r glementation fran aise impose un certain nombre de moyens sprinklage. RIA robinets incendie arm s qui seront doubl s de moyens d j prouv s sur de nombreux. sites canons d aspersion mousse haut foisonnement vanne d luge avec eau additiv e. En synth se si des similitudes existent elles se limitent au proc d de s chage naturel La solution. pr vue dans le cadre du projet ne sera pas identique celle mise en uvre Frog Island. Annexe n 2 Performances de collectes de la ville de Milan et caract ristiques techniques de. l installation de s chage de Lacchiarella Province de Milan. Donn es du constructeur A2A, Performance de collecte sur le territoire de Milan en 2016. Nombre d habitants concern s par la collecte 1 351 562 habitants. Tonnage total collect sur le territoire de Milan en 2016 t 671 326 tonnes. Ratio total par habitant kg hab an 496 7,Tonnage OMR collect e t 319 283 tonnes. Ratio OMR par habitant kg hab an 236 2 kg hab, Tonnage de collectes s lectives biod chets verre papiers plastiques 352 043 tonnes.
Ratio de collectes s lectives par habitant kg hab an 260 5 kg hab. Dont biod chets t 138 800 tonnes,Ratio biod chets par habitant kg hab 102 7 kg hab. La collecte s lective des biod chets r alis e sur Milan permet de capter 102 7 kg hab an Pour autant. une fraction des biod chets se trouve toujours dans les ordures m nag res r siduelles. Caract risation des OMR collect es sur le territoire de Milan en 2016. La r partition de la composition des OMR collect es Milan en 2016 pr sent e ci dessus. d montre que malgr des taux de collecte s parative lev s la part de mati re organique restant. dans les OMR atteint pr s de 30 confirmant l int r t d un tel proc d de s chage y compris sur. des territoires o les collectes s paratives de biod chets sont efficaces. Pr sentation de l installation de Lacchiarella M tropole de Milan. Sur le territoire de Milan les OMR sont pr trait es dans des installations de s chage naturel afin. d am liorer les conditions de stockage et de permettre leur transport sans nuisances et d am liorer. leur propri t combustible, L installation de Lacchiarella m tropole milanaise mise en service en 2002 traite par s chage naturel. une partie des OMR collect es Milan, Caract risation des OMR en entr e et en sortie de l installation de Lacchiarella. Perte Humidit,Fraction Perte,mati re des OMR,Capacit de organique Humidit mati re. Unit organique s ch es,traitement des OMR des OMR en.
li e la sortantes,entrantes entrantes masse,d gradation. Lacchiarella 75 000 t an 32 33 32 34 23 25 11 17 18. Bilan mati re de l installation, Entr e 75 000 tonnes d OMR 33 d humidit en moyenne. La composition des ordures m nag res r siduelles en entr e de l installation comprend 33 de. mati re organique 33 d eau et 33 de r siduels soit pour 75 000 tonnes d OMR une composition. gale 25 000 tonnes de mati re organique 25 000 tonnes d eau et 25 000 tonnes de mati re non. d gradable,Pertes li es au proc d de s chage,Pertes en eau 15 000 tonnes d eau vapor es. Pertes mati res organique li es la d gradation 3 000 tonnes de mati res organiques d grad es. Sortie 57 000 tonnes d OMR 17 5 d humidit en moyenne. Sur les 75 000 tonnes d OMR trait es par an sur l installation de Lacchiarella la perte en masse li e au. s chage s l ve 24 portant le gisement s ch en sortie 57 000 tonnes an avec une humidit. r siduelle de l ordre de 17 5, On peut donc constater que le s chage de 75 000 t an est r alis l aide de la chaleur g n r e par. la d gradation de 3 000 tonnes an de mati re organique c est dire environ 4 du flux total. politique ambitieuse d am lioration du geste de tri et en particulier apr s la g n ralisation de la mise en uvre de la collecte s lective des biod chets actuellement en phase d exp rimentation A titre d exemple ces proc d s de s chage existent depuis plusieurs ann es dans la r gion de Milan o les collectes s lectives de biod chets sont performantes voir donn es en

Related Books