L Oulipo ou la Nouvelle Vague du Classicisme

L Oulipo Ou La Nouvelle Vague Du Classicisme-Free PDF

  • Date:30 Jul 2020
  • Views:6
  • Downloads:0
  • Pages:13
  • Size:228.64 KB

Share Pdf : L Oulipo Ou La Nouvelle Vague Du Classicisme

Download and Preview : L Oulipo Ou La Nouvelle Vague Du Classicisme


Report CopyRight/DMCA Form For : L Oulipo Ou La Nouvelle Vague Du Classicisme


Transcription:

Daniela Tononi L Oulipo ou la Nouvelle Vague,The Oulipo or the Nouvelle Vague of Classicism. The Oulipo establishes a new relationship with Antiquity one which submits to a reevaluation and not. to a process of destruction by means of an analytic tendency the Oulipo relives forgotten works or. rereads the literature so dear to Classical tradition With regards to its relationship with contemporary. avant garde the Oulipo which upholds the idea of a voluntary literature opposes Surrealism but. shares with Tel Quel the playful notion of literature and the intent of reevaluating text as a practice. founded on an handcrafted perception of a writer s creation The Oulipo s answer to Nineteenth. century Realism s desire to break from narrative conventions animating Tel Quel and the Nouveau. Roman is replaced by a new approach of perceived reality in its numerous and continuous. transformations, Key words restriction rule rhetoric using a text enigma avant garde. Les ann es soixante p riode de grand renouvellement th orique et cr atif sont. nourries par les uvres des avant gardes bruyantes Surr alisme Tel Quel. Nouveau Roman et par celles du plus silencieux et secret Oulipo Ouvroir de. Litt rature Potentielle fond par le pataphysicien Raymond Queneau et le. math maticien Fran ois Le Lionnais L Ouvroir propose des uvres qui. abandonnent l inconscient des surr alistes la psychanalyse des tenants de Tel Quel. et la d construction du Nouveau Roman et fonde l id e de la potentialit de la. litt rature sur la conjonction inattendue de la litt rature et de la math matique. l crivain qui n est plus un g nie inspir visit par les Muses trouve l lan de. l criture par l imposition d une contrainte1 tandis que le lecteur quittant son tat. de contemplation passive participe la cr ation et devient un collaborateur. n cessaire la compl te r alisation de l uvre, La contrainte qui repr sente en m me temps le principe le m canisme et le sens. du texte conditionne la forme de l criture qui devient biphasique savoir. qu elle s articule en deux gestes simultan s penser l criture et cr er le texte Ce. synchronisme qui r volutionne le concept classique d inventio d termine aussi. l inclusion du moment th orique et critique dans l criture. L invention construit une structure potentielle l uvre apparaissant comme. l instanciation de cette structure Le r le de l Oulipo est essentiellement d fini par. l id e d engendrement par l dification de figures matricielles Son rapport oblique. l uvre se r sout autrement dit en une dichotomie une scission de la figure du. Cf La contrainte peut agir comme d clencheur v ritable catalyseur de la r action r daction. galement comme agent cr atif intrins que tout autant comme effet stylistique fondamental de la. narration ou comme v ritable novateur dans l criture et le propos Ces actions peuvent par ailleurs se. conjuguer et c est alors que la contrainte prend toute sa force Quand on ne peut plus dissocier les. causes des effets du dispositif mis en place par les r gles de d part alors le texte est abouti du point de. vue oulipien Quand la forme agit sur le fond ou m me quand le fond d cide de la forme qui bient t. op re sur lui quand la forme se forme et d forme le fond et qu ainsi le fond fond c est que. fondamentalement les formes du fond sont fond es Et qu on est au c ur de l activit oulipienne. Salon 2005 43, 280 Th l me Revista Complutense de Estudios Franceses. 2010 vol 25 279 291,Daniela Tononi L Oulipo ou la Nouvelle Vague.
scripteur l inventeur oulipien produit la structure le po te crit le texte la structure. devenant par l m me contrainte Reggiani 1999 24 2, Le moment de l invention ne se r duit pas alors la seule imposition d une. structure mais comprend aussi une phase de r flexion th orique qui pr c de la. cr ation La n cessit de trouver des argumentations d marche qui rapproche la. pens e oulipienne de la math matique d rive aussi de la Rh torique classique dont. la premi re phase appel e inventio est con ue comme la capacit de trouver des. argumentations utiles d montrer qu une cause est convaincante Mais c est surtout. le r le du lecteur qui se r v le analogue la fonction que lui attribue la culture. rh torique si l on consid re l interpr tation qu en donne Michel Charles qui. remarque surtout la n cessit de transformation de la lecture en acte cr atif et. propose ainsi le lecteur en auteur potentiel une culture rh torique est une. culture o la lecture est tourn e vers une criture il n y a plus alors de. privil ge d auteur qui soit fortement affirm l objet texte devient finalement. un objet fortement socialis Charles 1985 181 185 210. Cette analogie entre la Rh torique et la pens e oulipienne permet d inclure dans. le premier moment de la cr ation d une uvre oulipienne savoir l inventio la. m thodologie th orique critique qui n est pas seulement une r flexion th orique. mais devient aussi un acte productif et cr atif La th orie oulipienne n est ni. litt raire ni esth tique mais elle se constitue en m thodologie critique vou e. l accomplissement de la cr ation et l analyse du travail par la mise l preuve de. la technique du texte et de la fonctionnalit de la contrainte que l oulipien peut. exp rimenter se posant la question Cette technique d criture ou cette uvre. peut elle tre consid r e comme Oulipienne Bens 1983 42. Ainsi la r flexion oulipienne bouleverse le m canisme de l explication. th orique parce qu elle ne tire pas son origine d une r flexion syst matique mais. de la pratique textuelle m me la th orie est dans le texte plus l crivain. approfondit la machinerie textuelle plus la th orie affleure la surface du. litt raire Camarero 1997 1998 45 La critique oulipienne ne s appliquant. qu aux proc dures de fabrication concerne ainsi uniquement la m thode adopt e par. l auteur sans r pondre un projet id ologique que l Oulipo s est toujours refus. En outre cette nature biphasique de la cr ation n exclut pas le lecteur auquel. l auteur demande sa participation pour l accomplissement de l uvre C est la. contrainte r gle partir de laquelle le texte se cr e qui demande l intervention du. lecteur selon des degr s diff rents d acc s l uvre En ce qui concerne les. Cf On d finira donc l art biphasique tel qu il est pens par N Goodman en disant que se. trouve alors op r e une dissociation de la figure de l auteur qui s accompagne d une concentration. quasi exclusive de la l gitimit auctoriale au niveau de la phase initiale Dans le cas de la musique le. chef d orchestre n est responsable que d une interpr tation d une version de l uvre alors que celle. ci con ue comme la classe de concordance de ses ex cutions chappe la particularit On voit dans. ces conditions notre analyse de la dissociation de la figure auctoriale dans l criture contrainte comme. un processus deux phases l inventeur a termin son travail avec l nonc de la contrainte le produit. terminal tant bien le texte crit par le po te Reggiani 1999 109. Th l me Revista Complutense de Estudios Franceses 281. 2010 vol 25 279 291,Daniela Tononi L Oulipo ou la Nouvelle Vague. contraintes dites combinatoires le lecteur n tant plus un simple r cepteur de. l uvre collabore avec l auteur en r alisant une lecture plurielle de l uvre en vue. de son d veloppement potentiel Ainsi les Cent mille milliards de po mes de. Raymond Queneau repr sentent le premier exemple d uvre combinatoire et. synth tisent ce nouveau rapport entre l auteur et le lecteur Mais tout en postulant. la lecture potentielle l uvre quenienne en nie l accomplissement car il est. impossible d achever la lecture de toutes les combinaisons possibles. Par rapport la lisibilit de la contrainte la lecture d un texte oulipien pr voit. des niveaux diff rents d accessibilit Ainsi dans le cas des contraintes simples ou. non algorithmiques par exemple le lipogramme la lecture est raisonn e tandis que. les contraintes dures ou complexes requi rent de la part du lecteur une pratique. d investigation critique vou e au d cryptage de la contrainte. La complexit de la contrainte selon Bernardo Schiavetta place l Oulipo dans. l hyperconstructionnisme et contredit les l ments fonciers du formalisme. constructif de la modernit Ainsi l Oulipo tout en respectant le formalisme. contredirait le principe de lisibilit de la r gle et n assurerait pas le plaisir du texte. Les uvres oulipiennes restent n anmoins cartel es entre les exigences ici. contradictoires du plaisir du texte et des n cessit s du d chiffrement de la r gle Beaucoup. d entr eux les oulipiens en effet soit r pugnent faire appr cier du lecteur la cuisine de leur. travail d ployant devant ses yeux un feu d artifice de fictions poustouflantes mais peu rep rables. soit s appliquent chafauder des artefacts d une audace formelle inou e mais sans impact sur le. plaisir Baetens et Schiavetta 1997 1998 18, La contradiction entre le plaisir du texte et la n cessit du d cryptage de la r gle. n est qu apparente puisqu elle se r duit en effet une oscillation entre les niveaux. de rep rage de la contrainte dans le texte oulipien Ainsi dans la cr ation le. concept de lisibilit de la contrainte comprend celui de d cryptage du texte qui. n exclut jamais le lecteur dont la participation est n cessaire la r alisation de. l uvre L Oulipo s oppose aussi aux expressions du formalisme transgressif. auquel Schiavetta associe les avant gardes qui exhibent une tendance iconoclaste. contre les mod les de la tradition pour r aliser l uvre jamais cr e Toutefois cette. philosophie de la d composition constitue en m me temps leur paradoxe et leur. limite et r duit cet anti formalisme en a formalisme. En effet la philosophie de la d composition des avant gardes avec leur formalisme. transgressif se contentait trop d liminer les mod les pr modernes Mais une r gle ne peut tre. enfreinte de mani re v ritablement cr ative qu une seule et unique fois et comme il n y a pas un. nombre illimit de r gles enfreindre cette dynamique s abolit d elle m me Apr s il ne reste que. le n o moderne la r p tition du geste transgressif l imitation d anti mod les et leur. transformation en recettes d cole Cet anti formalisme fig refait l envers l uvre d un certain. acad misme lequel repose sur l imitatio de mod les canoniques Baetens et Schiavetta 1997. Cette transgression ou anti formalisme qui se r duit paradoxalement l imitatio. constitue la distance entre l Oulipo et les avant gardes en ce qui concerne leur. rapport avec la tradition L opposition de l Oulipo toute tendance avant gardiste. construite sur les cendres de la tradition aboutit une interpr tation nouvelle de la. 282 Th l me Revista Complutense de Estudios Franceses. 2010 vol 25 279 291,Daniela Tononi L Oulipo ou la Nouvelle Vague. Querelle des Anciens et des Modernes que l Oulipo interpr te comme processus. Ceux que l on appelle les Anciens sont bien souvent les descendants scl ros s de ceux qui en. leur temps furent des Modernes et ces derniers s ils revenaient parmi nous se rangeraient dans. bien des cas aux c t s des novateurs et renieraient leurs trop f aux imitateurs La litt rature. potentielle ne repr sente qu une nouvelle pouss e de s ve dans ce d bat Le Lionnais 1973 16. L Oulipo expression de la litt rature moderne tablit un rapport nouveau avec. les Anciens qu il ne soumet pas une dynamique destructive mais une. r valuation par une nouvelle interpr tation Ainsi dans l intention de construire son. arbre g n alogique et de respecter une prospective historique l Oulipo repropose. les uvres oubli es et relit les uvres d j consacr es par la tradition pour. englober pass pr sent futur en un mot l ternit Bens 1980 7. Cette dynamique synchronique est concr tis e par les deux tendances de. l Oulipo qui diff rent en ce qui concerne le choix des textes l orientation. analytique choisit en tant que champ d application les uvres existantes et leur. manipulation donne des recr ations tandis que la tendance synth tique vise la. production de textes tout fait nouveaux Dans cette double perspective m lant le. pass et le futur l Oulipo place son exp rimentation au service de toute litt rature. Il y a deux litt ratures potentielles une analytique et une synth tique La LiPo analytique. recherche des possibilit s qui se trouvent chez certains auteurs sans qu ils y aient pens La LiPo. synth tique constitue la grande mission de l OuLiPo il s agit d ouvrir de nouvelles possibilit s. inconnues des anciens auteurs Oulipo 1973 33, La Lipo analytique refusant une analyse diachronique de la litt rature en.
propose une lecture non lin aire qui se fonde surtout sur le concept oxymorique de. plagiat par anticipation expliqu par Jacques Jouet dans la m thode de. L Oulipien d masqu Jouet 1990 a 15, Tout texte est un plagiat par anticipation d une contrainte potentielle. Une contrainte est v rifiable par au moins un texte diff rent de celui qui l avait plagi e avant. m me qu elle existe, Ainsi cette loi oulipienne qui est un crit re de v rifiabilit de la contrainte et. qui permet en m me temps de d couvrir une poque pr oulipienne a t. transform e en outil th orique par Pierre Bayard 2009 qui propose ainsi une. nouvelle lecture de l histoire litt raire qui sans tenir en compte la chronologie se. fonde sur le principe de r versibilit des ph nom nes. Le plagiat par anticipation est alors un texte construit la mani re oulipienne. mais ant c dent l Oulipo et il d coule du propos de retracer la potentialit. exprim e ou cach e m me chez les auteurs appartenant des poques diff rentes. avant garde the Oulipo which upholds the idea of a voluntary literature opposes Surrealism but shares with Tel Quel the playful notion of literature and the intent of reevaluating text as a practice founded on an handcrafted perception of a writer s creation The Oulipo s answer to Nineteenth

Related Books